Niveau : intermédiaire
Support de cours : fiche à télécharger

Pourquoi comme un débutant ? Parce que si vous êtes ici c’est que vous avez forcément quelque jours, mois ou années de pratique. Et vous n’avez pas forcément réussit à dessiner un corps humain avec facilité, il y a toujours des zones d’ombres.
Ceux qui s’intéressent au dessin du corps humain éprouvent toujours des inconforts au moment de dessiner.

Par quoi commencer ? Détecter les zones du corps les plus difficile à dessiner.

C’est surement le cas pour vous, j’ai toujours eu du mal à dessiner facilement les corps au niveau du bassin. J’ai également remarqué d’autres zones difficile pour moi :

  • La série épaules, cou, tête (de face, de dos, de profil)
  • Le bassin et le départ des jambes (de face, de dos, de profil)
  • Les mains en 3D
  • Les pieds en 3D

Je vous propose aujourd’hui de commencer par la base : le squelette, élément essentiels à étudier en anatomie artistique, car les os créent la structure interne corps, un échafaudage auquel s’attachent les muscles et autre issues moue.

Une manière d’imaginer la relation entre le système squelettique et le système musculaire est de penser que les os sont le « matériel » (le hardware) et les muscles ses logiciels (software). Sans le matériel, les logiciels ne peuvent pas fonctionner.

Ici donc il s’agit de bien observer le squelette et les os qui le compose pour être en mesure de le détecter sous la peau quand vous observer un corps nu. Ou bien quand vous dessinez pour créer un personnage par exemple.

bodyscape-anton-belovodchenko

Observez le squelette ci-dessus vous remarquez une structure complexe. Le squelette est composé d’environ 206 os que l’on classe par famille :

  • Os long
  • Os court
  • Os plat
  • Os irrégulier

Ici le but est de se confronter à un sujet complexe et s’amuser quand même. On va donc commencer par les détails pour attaquer l’ensemble dans un prochain article.

Diviser l’effort pour plus de précision

Vous pensez sans doute que le mieux est de dessiner le squelette dans son ensemble. Oui sur un plan théorique mais dans la pratique c’est très très long et ça demande beaucoup d’effort pour un résultat moyen. Je vous le dit parceque j’ai essayé, et parce que je cherche à optimiser au mieux l’effort fourni et le résultat.

Par ce biais on dessine un, deux, trois, quatre os à la fois pas plus pour s’attarder sur leurs structure complexe et dynamique. C’est aussi l’occasion de voir la beauté sculpturale de leurs formes et d’apprécier la fonction de chacun.
Du coup on divise l’effort que l’on doit fournir pour dessiner les 206 os. De plus on devient plus précis dans l’analyse de la structure des os.
Vous pouvez de votre côté adapter l’exercice pour vous et choisir les zones qui présentent le plus de difficulté.

Ici il s’agit donc d’explorer et de dessiner sans trop se prendre la tête avec les proportions. Pourquoi ? Parce que d’une part en dessinant vous allez les intégrer automatiquement. Et d’autre part, même si nous avons tous le même type d’os, les variations de ces os font que chaque personne est différentes des autres et unique. Une personne peut avoir une mâchoire plus large et une grande cage thoracique et une autre plus fine avec une cage thoracique moyenne. Il en est de même avec les tailles plus grande ou plus petite, les corps fin ou plus trapu.

Voila pour la question des proportions, on y reviendra dans un second temps et dans un autre article !

A vous maintenant ! Téléchargez l’activité et commencez à dessiner

Téléchargez la fiche action, vous y trouverez des références photo anatomique en 3D que vous pourrez vous amuser à copier. Vous verrez à la suite de cela que vous dessinerez plus facilement tout le squelette.

Dites moi dans les commentaire si vous trouvez ça efficace et voyez-vous des améliorations dans vos dessin ?

Références et sources :
Le dessin d’anatomie classique : proportions, mouvement et morphologie dans la représentation artistique du corps humain

Liens de l’application : https://www.anatomyfortheartist.com/