Présentation et résumé de la vidéo.
Pour profiter de toutes les infos correctement, tout est dans la vidéo !

Mesdames et messieurs Bonjour !

Vous avez dessiné un personnage.
Vous vous dites peut-être, « dommage j’ai réussit mon personnage, j’ai pas pensé à faire un fond ».
C’est valable aussi pour ceux qui veulent dessiner personnage et fond en même temps.

Comment je fais ?
D’autant plus que je n’ai pas envie de me rater !

Soit vous avez un personnage dessiné comme moi
Ou alors vous avez déjà une idée du décor et du personnage.

Dans les deux cas cette vidéo va vous apporter quelques éléments pour vous aider dans vos prochains dessins.

Vous pourrez vous servir de ce que je vous montre pour vos illustrations ou pour vos cases de BD

Il y a un point essentiel à déterminer d’où va découler 3 approches :

Approche réaliste basée sur la perspective
Approche photographique
Approche graphique

Dans cette vidéo on va aborder l’approche réaliste basé sur la perspective.

L’idée est de mettre en avant les personnages. Il faudra faire attention à ne pas charger le fond pour rien.
Il sera là pour situer une ambiance, une atmosphère et il va donner des informations complémentaires en rapport avec votre sujet principal.
Il s’agit de bien doser tout ça.

Comment faire pour que le personnage soit bien intégré au fond ?

#1 – Déterminer le plan, ou se situent les personnages dans un espace en 3D
#2 – Trouver la ligne d’horizon
#3 – Les plans vont vous donner de la profondeur, c’est les plans que vous allez définir dans l’image.

#4 – Et l’ingrédient final qui va lier le fond et les personnages de la scène : la lumière
La semaine prochaine nous parlerons lumière et approche photographique pour terminer le fond.

Niveau : Débutant / intermédiaire
Support de cours : la BD / Manga / Comics

Deuxième vidéo consacrée à l’encrage.
Comme promis nous allons voir ce qui fait qu’un encrage est réussit.
Je vous révélerai le secret qu’utilise les pro de l’encrage, comme promit dans le titre de cette vidéo.
Quel est donc ce secret fameux !?

———————
Pour ceux qui me découvre, je m’appelle Paul, depuis 2012 je partage avec vous mes trouvailles, mes inspirations et des tutoriels de dessin.
Pour donner un coup d’accélérateur à votre talent, des cours complets sont à votre dispositions – accompagnés d’activités de dessin – vous permettrons de démarrer sur des bases solides.
Curiosité, légèreté et savoir-faire sont mes maitres mots !
—————————

Bonjour à tous

On va voir comment aborder l’étape délicat de l’encrage.
La semaine dernière j’ai fait une vidéo sur les outils, que vous trouvez en lien ici :
https://www.dessinerenligne.com/quels-sont-les-meilleurs-outils-pour-encrer-1-2/


Qu’est ce que l’encrage ?


L’encrage est ce qui restera, au profit du dessin.
L’encrage est une étape importante si vous souhaitez faire de la BD et passer à la colorisation.
L’encrage ne pourra jamais vous donner le même rendu qu’un dessin.
L’encrage est une étape à part entière, parce que vous n’utilisez plus le crayon à papier qui vous laisse toujours la possibilité de corriger.
Vous disposer d’une teinte noir pour tout dessiner. Ducoup exit les nuances de gris du dessin.
Comment les remplacer et garder la fraicheur du crayon juste avec un trait noir ?

Sachez qu’il y a autant de technique d’encrage que de dessinateur.
C’est d’ailleurs ce qui fait la singularité d’un auteur et devient sa marque de fabrique.

A vous de trouver la votre.
Pour vous aider voici quelque points sur lequel être attentifs.

Souvent la base du dessin va déterminer le rendu de l’encrage.
En gros vous avez 2 possibilités :

Vous avez fait un dessin hyper détaillé avant de passer à l’encrage.
Il suffit de repasser. Les auteurs de comics américains font ça très bien.
Ils pensent le dessin pour l’encrage.

Chez Marvel ou DC un encreur est dédié à l’encrage.
L’encreur n’as pas besoins d’inventer, il a juste à repasser sur les traits au crayon.
La différence entre un bon encreur et un encreur normal, c’est qu’il va comprendre et s’approprier le style du dessinateur tout en gardant la fraicheur du dessin.

Regardez plutôt ces dess in de Todd Mc Farlane, Arthur Adams et Joe Quesada :

Deuxième possibilité
Un dessin a peine esquissé vous suffit.
Vous terminez le dessin directement à l’encre, comme le fait Akira Toriyama.

Il passe de ce type de crayonné directement à l’encrage.

L’avantage de cette technique c’est la rapidité d’exécution.
Le rendu du dessin final change. Le dessin garde spontanéité, fraicheur et dynamisme.
Comme un crayonné
Parce qu’il dessine directement à l’encre, ducoup son trait est comme celui qu’il aurait tracé au crayons.
Il a quelques indices dessinés au crayon mais le trait définitif est fait à l’encre.
Ce qui donne cette fraicheur au dessin.

 

Cela contribue à l’impact du dessins sur nous lecteur.
C’est ce genre de chose dans le processus créatif, chacun fait sa cuisine en quelques sorte.
C’est ce qui fait que ça nous touche sans trop savoir pourquoi !

 

Je vas encrer ce dessin, je ferais quelque commentaires et vous montre le fameux secret de l’encreur !

La suite dans la vidéo !

 

On va parler encrage cette semaine.

Je vous prépare une deuxième vidéo pour la semaine prochaine, dans laquelle je vous révélerais le secret qu’utilise les pro de l’encrage… du japon en passant par l’Europe, jusqu’au Etats unis !

Oh trois fois rien !!

ça va juste changer votre façon d’encrer c’est tout !

Pour illustrer cette vidéo je vais encrer ce dessin. Il s’agit d’un mash-up.
Le principe du mash-up est de mélanger deux ou trois références dans une même illustration. C’est une sorte de Remix graphique.
J’ai mélangé deux références qui m’ont marqué AKIRA et Dragon Ball Z.

Mais avant d’encrer il faut choisir les bon outils, comment les trouver et quels sont les meilleurs pour encrer ?
La suite est dans la vidéo !

Quoi de mieux qu’une vidéo bien sanguine pour … pour aiguiser son trait ?
Il ne s’agit pas d’hémoglobine mais de dessin à la sanguine.

La sanguine provient d’un minéral qui s’appelle l’hématite et savez-vous que ce mots signifie en grec « sang » ?
On est pas loin de l’hémoglobine parce que l’hématite à la particularité de teinter l’eau en rouge.

Vous l’aurez compris il s’agit d’une vidéo sur les outils des dessins
Et à ce propos j’ai une petite annonce à vous faire à la fin de la vidéo !

Mais revenons au sommaire de la vidéo :

  • On va tester un peu les outils
  • On va voir quel support papier choisir.
  • Et on va faire un dessin

Pour illustrer son usage j’ai choisit de recopier cette photo.

J’aime bien l’idée de mélanger cette technique qui renvoie au dessin des grands maitres de la peinture classique. Parce que ça devrait créer un petit décalage quand je vais dessiner ces personnages issues de la pop culture.

Poison Ivy et Banes, deux personnages charismatiques de l’univers de Batman !

Présentation de la sanguine

Elle se présente en craie, pastel ou crayon.
Elle se prête bien au rendu de la peau du modelé et des volumes.
Sous forme de craie, la sanguine s’étale facilement et a un emploi proche de celui du fusain ou du pastel.

Pour ceux qui veulent faire l’exercice avec moi vous aurez besoin de craie sanguine en bâtonnet ou en crayon.
Là j’ai les deux.
Le crayon me permettra de travailler plus précisément au cours du dessin pour les détails.

D’une craie blanche pour les rehaut de blanc.

Une gomme mie de pain.
Je ne retrouve pas la mienne ducoup je vais faire avec celle-ci

Regardez ce dessin de Michel-Ange :

Il savait l’utiliser pour définir des zones d’ombre portée et donner de la profondeur et du modelé, en mêlant hachures et pointillés.
Et la couleur particulière de la sanguine rend bien le rosée de la peau.
On distingue le volume du corps et les ombres, et toutes les nuances de la carnation, de la plus sombre à la plus claire.

A nous maintenant !

Donc il nous reste plus qu’a choisir le papier.
il faut savoir que le ton et le grain du papier ont leur importance pour le rendu.

Vous pouvez soit le préparer en ajoutant un lavis à la sanguine.
Vous pourrez par dessus exploiter ce fond pour mettre en relief votre sujet.
Le grain du papier est aussi important, prenez du papier à fusain ou à pastel si vous ne trouvez pas de papier spécial sanguine.

Ou plus basiquement des papiers « mix media ».

C’est partie !
On prépare l’esquisse à la sanguine ou au crayon très léger genre un H6 pour construire le dessin.
Ensuite je vais retravailler avec la sanguine pour placer les valeurs sur tout le dessin.

La gomme
Utiliser la gomme mis de pain. Mais vous n’effacerez pas complètement les traits trop fort. Vous enlèverez de la matière. Il s’agit donc de paniers cet outils avec précision.

Voila le résultat !
C’est la fin de cette vidéo, j’espère vous avoir donné envie de testé cette technique

J’en profite aussi pour faire une petite annonce.

Comme vous le savez peut-être, je publie depuis janviers une vidéo par semaine et vous êtes nombreux à les suivre et je vous remercierai jamais assez pour ça !
Et cela m’a donné des idées et l’envie de vous préparer, en complément des vidéos, et spécialement pour mes abonnés

Elle sera disponible dans quelques semaines

 

Intéressé ?
Il suffit de suivre ce lien vous laisser guider

https://wp.me/P33kZh-1qd

A très bientôt !

Niveau : intermédiaire
Support de cours : des photos trouvés sur google image

// Retranscription de la vidéo //

Une vidéo à caractère créatifs cette semaine. L’idée est de trouver des sujets qui vous plaisent, en partant de ce que vous avez toujours dessiner par exemple.

Pour illustrer mon propos je vais choisir un sujet susceptible de plaire à la majorité d’entre vous. Je m’avance peut être mais au vue des dessin de chevaux que je voies sur le net je me suis dit que c’est un sujet récurrent.
Et je n’ai pas envie de simplement copier une photo de cheval, j’ai envie de m’amuser à créer un dessin qui m’est personnel.

Comment faire quand on part d’un sujet déjà bien connu et commun…comme le cheval, le chat, le chien, la voiture, une femme, homme ?
Simple. Je vais expliquer comment j’ai fait pour cette vidéo.

1 – Choix du sujet.
J’ai choisit le cheval

2 – Exploration sur Google image autour de ce sujet.
Cela m’a permis de tomber sur des dérivés du cheval comme la licorne.
Là on commence à rentrer dans notre monde imaginaire.
On peut jeter un coup d’œil à Wikipédia pour avoir plus d’info sur l’histoire de ce sujet.

Je suis également tombé sur des logos et autocollants de licorne. Ce logo va me servir à faire les couleurs de mon dessin.
On pourrait la faire aussi en marron, vert, rouge… avec des motifs, des taches de couleurs par exemple.

J’ai également trouvé le type de décors que je voudrais voir dans l’illustration. Rocher dans la montagne sur un chemin escarpé. C’est lieu fantasmagorique pour une créature légendaire.

Cette exploration m’as également parmi de découvrir un dessin animé de 1984 « La dernière licorne ».
J’ai également découvert des artistes qui en on fait des illustrations épiques pour de la BD, du jeu vidéo, des jeux de rôles.

3 – Sélection de quelque images.
Elle doivent être varié dans le style et les couleurs.
Une image pour le cheval, une image pour le décors une image pour vos couleurs.
Pas plus sinon vous allez vous compliquer la tache. Sélectionner c’est déjà faire des choix sur le résultats de votre dessin.

4 – Créer une composition avec ces différents éléments.
Maintenant on va faire un croquis rapide des éléments à disposer sur la feuille. Ici je veux faire une dessin en noir et blancs et ajouter deux trois touches de couleur.

5 – On dessine
Maintenant que nous avons notre composition, il ne reste plus qu’a copier les photos.
Vous pouvez utiliser ce système pour vos propre dessin. Vous pouvez aussi faire votre composition avec mes photos, pour tester et éventuellement l’adapter a vos besoins.

Vous pouvez de cette façon dessiner d’imagination, personnaliser vos dessins et commencer à travailler votre style.
Cela demande simplement d’assembler 3 choses, le sujet principal, un accessoire, un fond et des couleurs.

Avec ces quelques références photos vous balisez le terrain de jeu qu’est la feuille blanche !
Il ne vous reste plus qu’à copier et vous laisser aller à votre fantaisie.

Niveau : tout niveaux
Support de cours : des feuilles blanches et votre imagination

Retranscription de la vidéo

Bien le bonjour Messieurs Dame ! Ou Mesdames et Messieurs !

On va faire une activité sur le dessin d’improvisation avec de la couleur.
Prenez quelques feutres, peintures, gouaches, aquarelles ou feutres posca
Munissez-vous de feuilles mix media pas trop chères.

L’idée c’est de dessiner avec de la couleur,
Pas de dessin réaliste, on va faire de l’abstrait,
On enlève ainsi le poids de la représentation.

On va s’amuser à dessiner des formes abstraites.
Faire des lignes et des formes tout simplement en improvisant petit à petit.
En se laissant porter par ce que nous inspire les lignes, formes et couleurs que l’on vient de tracer.

C’est un dessin de l’instant sans planification.
Il en ai de même pour moi. la je ne sais pas ou je vais, peu importe finalement, ça m’intéresse peu.

Je veux voir ce que je fais sans le filtre du résultat final.
J’ai besoin d’être émerveillé par ce que je suis entrain de faire

La feuille est maintenant devant vous, vos outils sous la main.
Le feutre, le crayon ou le pinceau est dans votre main, chargé de couleur.

Inspirer profondément, oublier la peur de rater.
Allez-y, n’ayez justement pas peur de rater.

Vous estimez sûrement que vous commencez très mal, ne vous braquez pas, ce que vous dessiner ne représente rien.

Continuez

Laissez-vous envahir par le plaisir de poser des couleurs.
Ressentez la satisfaction de juxtaposer deux, trois, quatre couleurs.

Sentez-vous libre de rater, soyez à votre écoute.
Les pensées du type, « c’est nul », « je n’aime pas ce que je fais », « ça n’a aucun sens », « ça n’a aucun intérêt », « c’est in-montrable… » toutes ces pensées parasites vous empêche de vivre pleinement ce que vous êtes entrain de faire et de gâcher votre plaisir.

Sachez lâcher prise, ne vous concentrer pas en un point précis, au contraire soyez attentifs a vos gestes, attentif à la façon dont vous posez vos couleurs.

Ne vous jugez ni en bien ni en mal.

En étant attentifs aux couleurs que vous sélectionnez instinctivement, les formes que vous dessinez, vous découvrirez ce qui vous intéresse profondément, vos goûts, vos penchants, ce que cela provoque en vous.

Le résultat importe peu, vous n’êtes pas évalué, vous n’allez pas être noté, c’est l’occasion de sortir de cette culture du résultat apprise dès le plus jeune âge.
Elle nous poursuit jusque dans nos téléphones et ici sur youtube. On se place toujours en juge.

Ne visualisez pas ce que vous voulez dessiner.

Laisser sécher

Ne faites pas appel à votre mémoire.
N’intellectualisez pas
Ne construisez pas de concept, de théorie, de règles, de dogmes sur ce que vous êtes entrain de faire.

Ce moment est par essence éphémère, pourquoi chercher à le saisir ? Peut être pour espérer le revivre plus tard ?
Vous êtes en mouvement, vous avez besoin de remplir vos poumons, de respirer, non pas de vous circonscrire dans des limites que vous vous êtes créé ou que l’on à créer pour vous.

Soyez attentifs aux pensés qui passent par votre tête.

Vous pouvez choisir de les écouter.
Ou ne pas le faire… pour revenir à votre dessin et à l’instant présent.

Tout se joue maintenant sur votre feuille.

Faites des traits,

des aplats,

Un plaisir immense vous envahi, mêlé à un sentiment de satisfaction.

Tentez des choses que vous n’avez jamais essayé.

Vous pouvez recommencer, c’est un jeu sans fin,
Vous en découvrirez plus, cela vous donnera peut être envie de tailler le diamant brut qu’il y a en vous.

Rdv tous les samedi 11h30

A la semaine prochaine ! 🙂