Niveau : pour débutant


Cette série d’articles tente de donner un aperçu succinct de la notion d’art en occident. Depuis sa création jusqu’à aujourd’hui. Dans le but de donner des clefs de lecture sur l’art en général et de comprendre où nous en sommes aujourd’hui.


19e siècle : Au début de l’industrialisation, l’art rompt avec les sujets officiels et fait place à la nostalgie du passé et de la nature

Dessin Victor Hugo
Victor Hugo, « Le Bateau vision », 1864-1865. Plume, pinceau, encre brune et lavis, 19,2 x 25,5 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France

Dès 1815 le mot “romantisme” est employé, il correspond à l’émergence du roman en tant que genre. Il incarne une volonté de rupture dont un des symptômes est la représentation théâtrale de la “Bataille d’Hernani” de Victor Hugo qui fait scandale. C’est un mouvement révolutionnaire initié par toute une génération. On en trouve les prémices au 16 et 17e siècle quand la peinture rentre dans la sphère privée (peinture de genre sur le quotidien et paysage au Pays Bas au 17e siècles).

Ainsi, l’art quitte les grands décors de la renaissance, les églises et palais pour les modestes intérieurs. De fait, la peinture encadrée fait son entrée dans les foyers aisés. Elle n’est plus peinte sur les murs et plafonds mais accrochée dans les demeures. Le développement massif de cet art est soutenu par la nouvelle classe émergente bourgeoise.

romantisme-friedrich
« La mer de glace », Caspar David Friedrich, 1824

Eugène Delacroix La Grèce sur les ruines de Missolonghi
Eugène Delacroix, « La Grèce sur les ruines de Missolonghi » (détail), 1826, musée des Beaux-Arts de Bordeaux (Voir le tableau complet)

fussli-Le Cauchemar
« Le Cauchemar » de Johan Heinrich Füssli, 1781

Moses-Edwin-Long
« La découverte de Moïse », Edwin Long, 1886

pestiferes-Jaffa-Antoine Jean Gros
« Les pestiférés de Jaffa », Antoine Jean Gros, 1803, Musée du Louvre, Paris

Par ailleurs, le mouvement s’affirme en se voulant hors du politique et du religieux. Le romantisme constitue des figures nationales avec, par exemple la peinture de Delacroix “La liberté guidant le peuple”. Il est également un état d’esprit, une mélancolie qui apparaissent comme un regard vers le passé, incarné par le spleen Baudelairien. Les romantiques clament la pureté primordiale de la nature (Caspar David Friedrich). Rousseauistes, ils croient à l’homme pur dans un milieu pur alors que l’industrialisation transforment les paysages. Il est une sorte de résistance à la destruction du passé par la société moderniste et rationnelle qui arrive. L’oeuvre romantique se construit dans l’angoisse et la profonde nostalgie du passé lointain. La part subjective légendaire de l’artiste vient de là, Baudelaire en parle comme une “manière de sentir” pour tout bousculer. Les artistes romantiques fantasment sur l’ailleurs, ils sont inspirés par le colonialisme et l’orientalisme et aussi, grâce à l’exploration, par les premières estampes japonaise qui arrivent en Europe.

Considéré comme la première “avant garde” moderne, Il préfigure :

  • L’impressionnisme, par le paysage qui est prétexte aux sentiments et jeux de formes. L’artiste montre une nature idéalisée qui traduit ses sentiments.
  • Le symbolisme et surréalisme parce qu’il aborde le fantastique (gothique) et le rêve (Fussili, William Blacke). Les oeuvres jouent sur l’étrange, la beauté, l’angoisse et traduisent une vision individuelle de l’artiste.
  • L’expressionnisme par une mise au goût du jour des formes frustres du moyen âge.
  • L’abstraction avec les peintures de William Turner et Hodler, à la limite du lisible.

William-Turner
« Tempête de neige en mer », Joseph Mallord William Turner, 1842, Huile sur toile, (H × L) 91 41 × 121 91 cm. Tate Britain, Londres

hodler
Ferdinand Hodler, Paysage rythmique sur le lac Léman (huile sur toile, 1908).

william-blake
William Blake, « Le Grand Dragon Rouge et la Femme vêtue du Soleil » entre 1805-1810, 43,7 × 34,8 cm. Conservée au Brooklyn Museum.

L’oeuvre romantique est donc une expression individualisée, elle n’est plus soumise aux commandes et aux oeuvres monumentales. L’artiste est reconnaissable à son style, il signe ses tableaux (en bas à droite) et leur donne un titre qui indique sa vision subjective de la réalité. Ses oeuvres sont exposées aux critiques d’art dans les Salons de peintures. Ce mouvement va influencer le monde entier par l’industrialisation de l’image via la presse et la lithographie.

A la renaissance les artistes ont inventé l’art, au début du 19e siècle l’Europe met en place des héros nouveaux : la figure du peintre et du romancier regardant vers le passé.


Dans le prochain article vous verrez pourquoi et comment de nouveaux artistes vont changer les techniques de représentation et les sujets peint à l’aune d’un nouveau médium…


 

Pour lire la série d’articles consacrés à L’invention de l’art en Europe :

L’invention de l’art en Europe 1/8.
15e : L’art s’invente à la renaissance. L’oeuvre d’art n’a pas de fonction, elle n’est là que pour la délectation esthétique.

L’invention de l’art en Europe 2/8. 
16e – 17e siècle : L’art au service des rois et de la propagande religieuse. L’art décrit le quotidien.

L’invention de l’art en Europe 4/8. 
Fin du 19e siècle : Cadrer l’insignifiant quotidien et transposer la lumière en matière picturale


Article inspirée de « Image, une histoire mondiale » de Laurent Gervereau, dont je recommande la lecture.