Niveau : intermédiaire
Support de cours sous forme d’activité à télécharger à la fin de l’article pour créer votre personnage.


Quel dessinateur en herbe n’a pas eu envie de dessiner des personnages en plein action dans un décor imaginé, en racontant quelque chose d’ inventé de toute pièce ?  Pour ma part, ça à toujours été le cas ! Mais souvent nous nous retrouvons confrontés à l’un de ces cas de figure :

  • La difficulté à dessiner une illustration qui raconte quelque chose.
  • Des difficultés à dessiner un personnage inventé.
  • Des difficultés à aller plus loin que le portrait d’un personnage imaginé
  • Les personnages sont trop stéréotypés.

Ayant eu plus ou moins les mêmes déboires avec mes dessins, qui la plupart du temps n’était pas finis parce qu’à un moment donné je me retrouvais bloqué : plus d’idées ou au contraire de nouvelles idées arrivaient mais n’étaient plus cohérente avec ce que j’avais déjà dessiné… ou tout simplement je passais à autre chose.  Bref, tout ça peut devenir  pénible jusqu’à nous faire oublier le plaisir de créer.

Là, je me suis rappelé de ma période pré- ado où je jouais à des jeux de rôles. Pas les jeux de plateau, mais dans la vrai vie où il fallait s’inventer un personnage et le jouer selon notre imagination du moment. Il suffisait de lancer les dès et d’imaginer les caractéristiques et compétences du personnage en fonction de l’univers choisi.

Voila, c’est ce qu’il me fallait ! Imaginer des personnages complets avant même d’être dessinés ( physique, caractéristiques, environnement, univers,etc). Leur histoire serait intégrée dans mon processus de création sans faire appel a un scénario.

Vous, dessinateur, vous pouvez suggérer une histoire avec un dessin : Une posture, une attitude, le mouvement des personnages dans l’espace dans une composition dynamique, ajoutez y le look, l’attitude, la silhouette, la coupe de cheveux, la couleurs des yeux, les accessoires, les décors, etc. Tous ces éléments vont contribuer à suggérer une histoire dans la tête du spectateur et lui donner envie d’en savoir plus. Ainsi votre dessin acquiert un pouvoir d’évocation chez le spectateur, en d’autres termes, il lui titille l’imagination

Alors comment faire ? Au lieu de s’acharner, travaillons de manière astucieuse, c’est plus facile. Et reprenons le cheminement que l’on à tous quand on cherche un personnage à dessiner. Nous nous basons sur ce que l’on connaît déjà : livre, bd, cinéma, jeux vidéo et nos expériences personnelles. Tout cela contribue à enrichir notre imagination, nous allons donc nous y attarder.

La première impulsion de l’idée nous pousse à se lancer directement en la dessinant. Et justement c’est là ou il faudrait s’arrêter pour la développer. Il n’y a pas de bonne ou mauvaise idée en soi, c’est ce que vous allez en faire qui va être intéressant. Il suffit de sortir un peu des clichés et des stéréotypes pour les réinterpréter. Est ce que vous retrouvez dans “Game of Throne” un Conan le Barbare ? Pourtant c’est un personnage qui se situe dans un univers d’héroic-fantasy, tout comme la série.

L’idée est donc de le développer pour qu’il soit bien le VOTRE, ou du moins qu’il y ait de vous dans ce personnage même si vous partez d’un personnage déjà existant. Pour ma part je suis parti d’un personnage bien connu, Lara Croft dont j’ai fait une relecture au travers de la fiche action.

Vous avez du mal à imaginer VS vous avez une imagination débridé.

Dans le premier cas de figure, il faudra trouver des moyens pour la provoquer et dans l’autre des moyens de la canaliser.

Comme évoqué plus haut, je vous expose la façon dont j’avais procédé pour trouver des personnages à dessiner. Et pour les besoins de cet article, j’ai étoffé et structuré le procédé en détournant les règles de création de personnages dans les jeux de rôles. Ce procédé vous permet de trouver un ou des personnages et l’univers dans lequel ils vont évoluer.

En suivant ces quelques étapes, vous aurez de quoi développer des pistes d’idées ou canaliser celles qui partent dans tous les sens :

Définir le lieu, l’époque et l’univers du récit

Vous souhaitez faire vivre votre personnage dans un monde Mediéval-fantastique, Steampunk, de Science-fiction, ou plus proche de notre époque, une entreprise hightech au beau milieu d’un désert, ou encore plus proche de notre quotidien, le parking du carrefour vide à 1h du matin par exemple, etc. Ensuite vous allez définir votre personnage selon ses caractéristiques et ses compétences.

Les caractéristiques :

Force, constitution, taille, dextérité, apparence, intelligence, pouvoir. Pour les définir, vous devrez faire intervenir le hasard en jetant les dès (voir la fiche action)

Les compétences :

Elles dépendent de l’époque ou se trouve votre personnage. Vous allez donc lui attribuer des compétences pour le définir. Pour cela vous pourrez piocher dans la liste de soixante compétences environ, à télécharger à la fin de l’article. Et rien ne vous empêche d’ajouter la votre si elle ne s’y trouve pas. Cette liste de compétences est universelle, elle peut s’adapter à tout type d’univers.

Une fois les compétences choisies, vous allez définir les plus fortes pour donner du relief à votre personnage. Vient ensuite l’étape de finalisation du personnage.

La description de votre personnage

C’est ce qui va donner vie à votre personnage.

  • Son sexe, homme, femme, ou pas du tout sexué
  • Son comportement, ses bizarreries
  • Son histoire personnelle
  • Ses buts et ses motivations
  • etc…

Vous trouverez plus d’exemples dans la fiche action. A la fin, vous obtiendrez une fiche qui récapitule tout ce que vous aurez défini. Elle vous servira pour l’étape suivante : dessiner votre personnage.

Dessiner votre personnage.

Dans le prochain article nous verrons comment mettre tout cela en forme !

Commencez à créer votre personnage dès maintenant !

En attendant je vous propose un défi : à partir de la fiche action, réalisez votre propre personnage. Vous allez être surpris comme je l’ai été en testant ce procédé. En partant d’un personnage connu, j’ai fait une relecture du personnage de Lara Croft. A la fin j’avais un tout autre personnage. A cela une trame de l’histoire s’est mise en place dans ma tête !

A vous maintenant. En la téléchargeant vous y trouverez toutes les étapes pour y arriver, elle est conçue pour être à la porté de tous.

 

Niveau : pour débutant


Cette série d’articles tente de donner un aperçu succinct de la notion d’art en occident. Depuis sa création jusqu’à aujourd’hui. Dans le but de donner des clefs de lecture sur l’art en général et de comprendre où nous en sommes aujourd’hui

Fin du 19e siècle : Cadrer l’insignifiant quotidien et transposer la lumière en matière picturale

Claude_Monet,_Impression,_soleil_levant
Claude Monet « Impression, Soleil levant » 1873, Musée Marmottan, Paris

A la fin du 19e siècle, Claude Monet avec son tableau manifeste “Impression, soleil levant” (1873) exécuté au Havre fait scandale et lui donne son nom “impression”. C’est une révolution dans la manière de peindre : l’usage de la couleur d’une part et dans le choix du sujet peint d’autre part.

En effet, la couleur est utilisée de façon non réaliste. Read More

Niveau : débutant
Support de cours sous forme d’activité à télécharger à la fin de l’article pour refaire chez vous ce que vous verrez dans la vidéo.


Pour lire la première partie de l’article cliquez ici

Dans l’article précédent, il était question de la représentation en 3 dimensions à partir d’un cube. Vous avez pu voir et tester chez vous ( en téléchargeant la fiche action à la fin de l’article ), comment dessiner des formes plus complexes juste avec un cube. Ici nous ajouterons à cette forme de base, d’autres formes basiques, la pyramide et le cercle dont va découler le cylindre.

Comme avec le cube, nous allons voir comment les dessiner en perspective isométrique, puis nous verrons comment combiner ces trois formes pour dessiner des objets plus complexes.

Je vous montre le reste en vidéo, c’est parti !

 

 

 

Commencer dès maintenant l’activité à faire chez vous

Télécharger la fiche action, vous pourrez ainsi dessiner de façon progressive ce qui vient d’être exposé. Rien de mieux que de tester par soit même pour s’améliorer, à vos crayons !

Niveau : pour débutant


Cette série d’articles tente de donner un aperçu succinct de la notion d’art en occident. Depuis sa création jusqu’à aujourd’hui. Dans le but de donner des clefs de lecture sur l’art en général et de comprendre où nous en sommes aujourd’hui.


19e siècle : Au début de l’industrialisation, l’art rompt avec les sujets officiels et fait place à la nostalgie du passé et de la nature

Dessin Victor Hugo
Victor Hugo, « Le Bateau vision », 1864-1865. Plume, pinceau, encre brune et lavis, 19,2 x 25,5 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France

Dès 1815 le mot “romantisme” est employé, il correspond à l’émergence du roman en tant que genre. Il incarne une volonté de rupture dont un des symptômes Read More

Niveau : débutant
Support de cours sous forme d’activité à télécharger à la fin de l’article pour refaire chez vous ce que vous verrez dans la vidéo.


C’est une technique de représentation de l’espace très utilisée en jeux vidéo, elle l’est aussi pour les modes d’emploi et le dessin technique et elle s’appelle la perspective isométrique. Nous trouvons aussi sur le même principe, la perspective cavalière utilisée par exemple dans les estampes japonaise. Ces modes de représentation de l’espace sont une très bonne introduction pour ceux qui ont du mal avec la perspective classique basée sur les points de fuites.

gG5hThXOVSJ1Vu8Lb3LwPXe3QuA@500x252
Hiroshige,estampe représentant une scène de théâtre traditionnel japonais (le kabuki), vue en perspective cavalière vers 1820

dessin_monument-valley
Capture d’écran du jeu vidéo « Monument Valley« 

dessin-mindcraft
Fond d’écran du jeu vidéo « Minecraft« 

dessin-pixel-art Eboy London

Il existe des règles mathématiques pour rationaliser la technique de la perspective isométrique, cependant nous allons l’utiliser librement, comme principe de représentation pour aborder la notion d’espace et de volume sur la base de cubes. Les formes que vous allez créer vont être en volume et dessinées selon un point de vue qui ne prend pas en compte la distance : l’objet ne subit pas de changement de taille quand il est éloigné telle qu’il l’est dans la perspective avec points de fuites.

Le point de départ de la perspective isométrique est le cube. Il constitue aussi le point de départ de la perspective classique avec les points de fuite. Néanmoins, elle ne sera pas abordée ici pour rester concentré sur une technique à la fois.

La représentation d’un cube reste donc simple et devient plus ardu dès qu’on souhaite dessiner des formes plus complexes comme une voiture, une ville ou un animal. Vous verrez comment dessiner un objet à partir du cube et comment le placer dans un espace.

Je vous montre tout le reste en vidéo :

 

Commencer dès maintenant l’activité à faire chez vous

En téléchargent la fiche action vous pourrez dessiner par vous même et de façon progressive ce qui vient d’être exposé. Rien de mieux que tester par soi-même pour saisir ces notions. A vos crayons !


Cliquez ici pour voir la deuxième partie de l’article. Il parlera des formes cylindriques et du triangle, ainsi vous aurez un panorama complet de la perspective isométrique. Avec toutes ces formes de base vous allez pouvoir dessiner à peu près tout ce que vous voulez…


Vous pourrez vous aider de cet article pour aborder la perspective construite sur les points de fuite.


Liens complémentaires :

Voir une animation qui illustre ce que l’on peut faire juste avec des cubes 3D

Voir les illustrations pixel art à base de cubes 3D de l’illustrateur Metin Seven

Pour les plus curieux voici un article qui parle de pixels art et de 3D

Niveau : pour débutant

Cette série d’articles tente de donner un aperçu succinct de la notion d’art en occident. Depuis sa création jusqu’à aujourd’hui. Dans le but de donner des clefs de lecture sur l’art en général et de comprendre où nous en sommes aujourd’hui.

 

16e – 17e siècle : L’art au service des rois et de la propagande religieuse. L’art décrit le quotidien.

Faut-il faire de l’art une recherche absolue du beau ? Faut-il mettre ce beau au service d’un message ? Faut-il illustrer un discours, décorer ou montrer la vie quotidienne (profane) ? Ce débat Read More

Niveau : pour débutant
Support de cours sous forme d’activité à télécharger pour refaire chez vous ce que vous verrez dans la vidéo.


A la demande de plusieurs personnes, je vous montre quelques techniques astucieuses pour dessiner des choses mignonnes et adorables. Dès cette semaine, avec quelques traits et en prêtant attention à certaines proportions, vous pourrez rendre n’importe quel objet, animal et personnage mignon.

Pour s’inspirer et/ou copier ce qui se fait, il est possible de regarder du côté du manga ou de Disney. Cependant, cet article se concentre sur le manga et plus précisément sur le style “kawaii”, (qui signifie mignon ou adorable en japonais) pour voir comment copier ce qui fonctionne. A la fin de cet article, une activité est incluse. Vous y retrouverez ce qui va être exposé dans la vidéo étape par étape. Vous pourrez ainsi vous y mettre tout de suite ;-).

En partant d’un animal mignon, le chat, nous allons voir comment décliner cet animal pour en faire d’autres : des lapins, des petits chiens, un ours, etc. Vous aurez ainsi les outils pour inventer les votres, jusqu’à transformer des objets du quotidien comme un grille pain…en personnage mignon. C’est ce qui fait la force de ce procédé, il est possible de rendre beaucoup de choses mignonnes.

Kawaii-2-image-article-691x461
Si vous tapez kawaii dans google image, vous tomberez sur beaucoup d’exemples de personnages aux styles différents, allant du personnage simple se rapprochant des “émoticon” jusqu’à des personnages un peu plus complexes comme les illustrations de “Hatsune Miku” version chibi kawaii. Nous resterons malgré tout, simple dans un premier temps, parce que l’idée est d’utiliser ce qui marche le mieux en commençant par la création de petits animaux. Prochainement, une autre vidéo viendra en fonction de vos retours pour creuser le sujet.

Kawaii-1-image-article-691x461

Kawaii-3-image-article-691x461

Les proportions

Parlons maintenant des proportions, elles sont généralement basées sur celle du bébé, (bébé chat, chien, ours, etc). Voici ce que l’on peut tirer de cette observation dont les caractéristiques principales sont :

1 – Des grands yeux

2 – Un petit nez qui peut être représenté par un point

3 – Une petite bouche

4 – Une grosse tête sur un petit corps

Tout cela est dessiné avec des formes simples (des cercles pour la tête et le corps) très peu d’angles. Les traits sont tout en courbes et rondeurs. Tout cela va aider à leur donner une expression bien marquée qui se rapproche d’un “emoticon”

 

Commencer dès maintenant l’activité à faire chez vous

En téléchargeant la fiche action vous pourrez dessiner étape par étape ce qui à été vu dans la vidéo avec beaucoup plus d’exemples :


Est ce que l’activité vous à plu ?